Pourquoi un observatoire?

La mission de l’Observatoire photographique du Paysage a été définie en 1989 "… constituer un fonds de séries photographiques qui permette d’analyser les mécanismes et les facteurs de transformation des espaces ainsi que les rôles des différents acteurs qui en sont la cause afin d’orienter favorablement l’évolution des paysages."

Lancé en octobre 1991 par le Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement, l’Observatoire Photographique du Paysage réunissait les institutions et les collectivités locales liées à l’aménagement du territoire, à la culture et à la photographie.

Pourquoi des photographies?

Les données et les informations sur le paysage sont géographiques, géologiques, cartographiques ou statistiques avec une constante : la terre est vue d’en haut !
Cette vision zénithale est utile aux urbanistes et aux aménageurs pour rendre compte de l’évolution du territoire : progression des friches, extensions urbaines, type d’agriculture, périmètres d’aménagement…
Ces outils d’analyse et de planification ne racontent rien du paysage tel qu’il est perçu, ressenti par tout un chacun : le "paysage visage" d’un territoire.
La photographie propose un regard horizontal, à hauteur de vision humaine, pour restituer une vision en trois dimensions et rendre compte de la dimension sociale et culturelle du paysage.
Dans le cas de l’Observatoire, la photographie apporte des indices et ces indices favorisent les hypothèses, libèrent la parole…
La photographie comme outil de dialogue.

L'itinéraire d'observation

L’itinéraire est constitué d’une sélection de 45 vues qui seront rephotographiées annuellement. Ces vues rendent compte de la diversité des thématiques et des problèmes de paysage du territoire.

Les séries photographiques

Le rythme annuel des reprises de vue est un fondement méthodologique qui permet à la recherche de s’effectuersur une base rigoureuse. Les conditions de cadrage, focale, heure et saison seront identiques à la prise de vue initiale.

Le partenaire local

Le partenaire local doit être une structure pérenne (CAUE, Parc, agence d’urbanisme, EPCI…) qui donne la dimension opérationnelle à l’Observatoire par sa connaissance du terrain et par l’intention d’agir dans la gestion du paysage.

Le groupe de pilotage

Le groupe de pilotage rassemble des représentants professionnels et des institutions (DRAC, DREAL, CAUE, ONF…) ce qui permet l’expression des projets, questions et attentes de ceux qui agissent concrètement dans le paysage.

Les problématiques

La veille photographique est particulièrement adaptée à l’observation et l’évaluation des transformations non maîtrisées, non prévisibles qui à plus ou moins court terme font insidieusement évoluer le paysage.

Le paysage des uns et des autres

Le territoire : paysage qu’on aménage, structure, anime ou administre…

Le cadre de vie : paysage de l’espace social, décor de la vie quotidienne, espace collectif de l’identité locale.

La nature : paysage formé par l’ensemble faune + flore + activités humaines - espace qu’on protège, classe, réhabilite ou conserve, domaine du militantisme écologique et de la recherche scientifique.

Le jardin et l’ espace privé : paysage individuel et narcissique mais aussi espace constitutif d’une part notable du cadre de vie.